Comment reconnaître les signes d’une perte auditive chez l’adulte ?

Comment reconnaître les signes d’une perte auditive ou de surdité chez l’adulte ?

 

 

Reconnaître les signes acoustiques de surdité :

Le malentendant essaie d’adapter son environnement pour contrer les effets de sa perte d’audition :

  • augmentation exagérée du volume de la TV ou utilisation d’écouteurs pour la TV
  • augmentation exagérée du volume du téléphone
  • utilisation du haut parleur du téléphone

De plus, une personne ayant une perte d’audition exprimera que :

  • les voix des enfants et des femmes sont moins claires que celles des hommes
  • les acteurs dans les films ne prononcent pas correctement et dès qu’il y a de la musique d’ambiance, c’est difficile de tout comprendre
  • il est possible (80 % des cas) qu’elle entende des bruits dérangeants dans ses oreilles, comme des sillements ou des grichements (acouphènes)
  • il est aussi possible que les sons forts soient exagérément dérangeants (hyperacousie), comme les chocs métalliques et les cris d’enfants.
  • elle entend bien mais elle ne comprend pas, surtout dans le bruit
  • elle a des difficultés à localiser les sons
  • elle n’entend plus les oiseaux, sauf si il est près d’elle.

 

 

Reconnaître les signes physiques de surdité :

 

  • regard intense pendant la conversation : les yeux restent en contact permanent avec le visage de son interlocuteur pour lire sur les lèvres. La lecture labiale peut être inconsciente : la personne ne sait pas toujours qu’elle utilise cette méthode.
  • tronc avancé vers l’interlocuteur pour se rapprocher et mieux entendre
  • En cas de surdité asymétrique, la personne tend la bonne oreille vers son interlocuteur, déporte le tronc pour se pencher du bon coté. Mais dans ce cas, la personne sait qu’elle a une défaillance à une oreille par conscience de l’asymétrie.

 

 

Reconnaitre les signes comportementaux de surdité :

Voici quelques signes de comportements de malentendant :

  • fait répéter souvent l’entourage, surtout en présence de bruit compétitif
  • ne comprend pas le début des phrases si on ne le prévient pas qu’on lui adresse la parole
  • se met à l’écart des conversations, a l’air distrait, semble peu intéressé, ne pose pas de questions, pendant les sorties de groupe dans le bruit (restaurant)
  • dit ne pas aimer les endroits bruyants (restaurant, salle de réunions…)
  • trouve que des conditions acoustiques de la salle sont médiocres (trop de résonance, d’écho, de réverbérations)
  • trouve que les gens articulent mal, et ne parlent pas assez fort, surtout les enfants
  • ne prend pas de plaisir pendant les sorties et se dit fatigué avant l’heure.
  • problème de communication dans la famille ou dans le couple (frustration de l’entourage pour répéter les mots mal compris)
  • nervosité de l’entourage quant aux difficultés d’écoute de la personne (dispute de la télécommande de la TV pour ajuster le volume, impression que la personne n’entend que ce qui l’arrange : c’est Faux !!)
  • impression de handicap ressenti par l’entourage qui est souvent le premier à prendre conscience du problème d’audition.

 

 

Faites un test facile pour évaluer le risque de surdité

Une personne de votre entourage semble avoir des difficultés d’audition. Voici deux tests très simples que vous pouvez réaliser à la maison pour vérifier le niveau d’audition de cette personne.

  • Mettre la TV en fonctionnement et placer le volume le plus bas possible tout en étant capable de bien entendre chaque syllabe prononcée (personne avec une bonne audition). Donner la télécommande à la personne dont vous voulez tester l’audition et demandez lui d’ajuster pour elle, le volume minimum pour bien entendre chaque syllabe prononcée. La différence de volume vous donnera une bonne idée sur l’écart entre vos auditions respectives.

 

  • Un autre test demande la participation de 3 personnes : 2 assistants avec une bonne audition supposée 🙂 et une personne que l’on veut tester. Mettre la personne que l’on veut tester côte à côte assis sur une chaise, avec une autre personne ayant une bonne audition. Demander à un interlocuteur de se tenir debout mais de dos par rapport à ceux assis, debout à 2 m (6 pieds) en arrière d’eux. L’interlocuteur debout prononcera très clairement des phrases qu’elle choisira à des niveaux d’intensités différents. Changer de phrase à chaque niveau d’intensité pour éviter que les personnes devinent les mots. Les deux personnes assises compareront alors ce qu’elles ont compris.

 

Exemple de phrase à prononcer (si vous manquez d’idée) :

  • voix chuchotée : ”le lapin est rentré dans son terrier pour se réchauffer”
  • voix faible : ”j’irai demain chercher des légumes pour faire un ragout de veau”
  • Voix normale : ”Je serais bien partie en vacances cet hiver faire du ski de fond en montagne”
  • Voix forte : ”Pourquoi cherchez-vous à passer par des chemins si compliqués ?”

 

Vous pouvez aussi faire un test par questionnaire.

 

 

Pièges à éviter :

Il n’est pas si facile de juger si une personne a une perte d’audition sans faire de test chez un professionnel. Si la surdité s’installe progressivement avec les années, la personne sourde développe des moyens de compensation pour continuer à converser avec ses proches. La personne sourde utilise le contexte pour suppléer mentalement les mots ou les syllabes manquantes, elle lit sur les lèvres, et réussit parfois des prouesses de compréhension dans un contexte familial, ou du moins familier.

Je connais des personnes jeunes adultes capables de tenir des conversations en famille autour de la table, sans faire répéter, en n’ayant pas entendu (avec leurs oreilles…) un traitre mot de la conversation. Tout se lit sur les lèvres, tout se devine par le contexte. Une véritable prouesse en fait, mais à quel prix ? En situation moins familière, comme au travail, en réunion de travail, au restaurant, à l’extérieur…comprendre sans entendre demande tellement d’effort que la personne finit ses journées sur les rotules. Le stress engendré par un maintien permanent d’attention et la fatigue accumulée sont renforcés par une impression d’injustice et de manque de confiance en soi.

 

 

 

Reconnaitre avoir une perte d’audition pour la personne concernée est un véritable deuil et ne se fait pas du jour au lendemain. Certaines étapes du deuil sont longues à franchir. L’entourage doit se montrer compréhensif, attentif et patient. Il faut parfois plusieurs années pour qu’une personne atteinte de surdité se décide à porter des appareils auditifs.

En résumé, la prudence est de mise et les certitudes basées sur des intuitions ne peuvent remplacer un vrai test d’audition chez un professionnel. Faire un dépistage auditif est aussi important que de faire tester ses yeux. Le sens de l’audition nous permet tout simplement de communiquer. N’est ce pas le plus important dans la vie ?