Sifflements ? Bourdonnements ?
Votre oreille vous parle.

Types d’acouphène

Plusieurs types et fréquences de sons peuvent être entendus et sont tous des acouphènes : Ils sont des sons fantômes, que le système auditif engendre lui-même.

Selon le mélange de fréquences sonores entendues, la personne peut décrire son acouphène comme :

  • un sifflement
  • un bruit de chute d’eau ou bruit blanc
  • un bourdonnement
  • une pulsation comme un coeur qui bat (acouphène vasculaire ou pulsatile)
  • un grésillement
  • un son de bouilloire
  • un son de ligne à haute tension électrique
  • un grondement.

L’acouphène peut être permanent ou intermittent :

  • S’il est intermittent, il sera en général masqué par un environnement sonore plus riche, et facilement oublié au cours de la journée. Dans le calme, il pourra réapparaitre et se faire plus dérangeant. Au moment de l’endormissement dans une chambre calme, il peut être très difficile de s’endormir car il devient un son prédominant sur lequel on se focalise. Ainsi, l’acouphène peut provoquer de l’insomnie et un manque de sommeil accumulé, donc une fatigue chronique.
  • S’il est entendu en permanence, il ne sera pas masqué par l’ambiance sonore environnante, la personne n’aura pas de répit dans sa journée. Certaines personnes trouvent même que leur acouphène augmente proportionnellement au niveau sonore ambiant. Il peut être accentué aussi par la fatigue, le stress ou la caféine.

L’acouphène peut être ressenti dans une ou deux oreilles, ou dans toute la tête. En général, les personnes qui le ressentent dans toute la tête ont en fait un acouphène symétrique dans chaque oreille.

 

Son intensité est variable selon les personnes, mais lorsqu’on le mesure, son intensité subjective ne dépasse pas le seuil d’audition de plus de 5 à 10 dB HL. Il est amplifié en situation de stress, de fatigue et si la personne focalise son attention dessus.

Réservez votre dépistage auditif gratuit pour la journée de l’audition du 7 mai 2019

Qu’est ce qu’un acouphène ?

Un acouphène est un son entendu par la personne mais qui ne correspond à aucun son extérieur. Il se crée donc à l’intérieur des structures des voies auditives. L’acouphène n’est pas la cause d’un dysfonctionnement mais un des symptômes. Les recherches ont démontrées qu’une lésion des cellules sensorielles auditives provoquent un manque d’afférences au niveau du cortex auditif. Par mécanisme de compensation, les voies auditives du complexe olivaire supérieure (qui fait partie des voies auditives ) synchronisent les neurones pour recréer la sensation auditive de la fréquence lésée. Il est donc logique d’entendre comme acouphène la ou les fréquences pour lesquelles notre oreille présente une perte auditive, même parfois minime.

L’acouphène peut apparaitre de façon concomitante avec un stress (décès, maladie, divorce, pression professionnelle, etc…). Cette combinaison entre l’adrénaline, le stress et l’acouphène peut provoquer une augmentation de l’intensité de l’acouphène. Au lieu d’être facilement masqué par l’environnement et bien toléré, il devient permanent et insupportable. La personne ressent un sentiment de perte de contrôle et d’impuissance. Elle n’arrive plus à se concentrer et a peur qu’il augmente encore. Cette situation nécessite rapidement de l’aide pour atténuer l’intensité des acouphènes et réduire le stress.

  • Acouphenes sans surdite

  • Acouphenes et surdite

80 % des personnes ayant une surdité ont des acouphènes associés.

L’acouphène va aussi souvent de pair avec  l’hyperacousie ( intolérance aux sons forts : douleur des oreilles à des niveaux plus faibles d’intensité que les personnes avec une audition normale).

Si 95% des gens ayant des acouphènes quotidiennement disent “vivre avec” et réussissent à une certaine habituation, 5 % des gens ayant des acouphènes souffrent réellement d’un acouphène tenace, dérangeant, ressenti très fort, en permanence, de telle sorte que ces personnes ne peuvent pas s’y habituer.

Cela devient une véritable souffrance pour eux. Ils développent alors anxiété, stress, dépression et angoisse.

Le stress est un facteur déclenchant et à la fois un facteur qui provoque la pérennisation de l’acouphène.